Neverworld's End - Xandria (2012)

Publié le par Mordhogor

Hell !

Neverworlds-End-de-Xandria.jpg

Voilà bien longtemps que je n'avais pas écrit une petite chronique - honte à moi -, et il fallait bien que l'objet visé soit de taille à me sortir du repos facile dans lequel j'étais tombé.

Pour tout vous dire, je ne connaissais que très peu Xandria, fondé en Allemagne en 1994, à l'initiative du guitariste Marco Heubaum, groupe qui splitta en 1997 puis se reforma en 1999, après avoir usé trois chanteuses. Du gothique à tendance symphonique, influencé largement par Within Temptation. Rien de bien marquant, car j'avais zappé tout ce qu'ils avaient fait, même si quelques titres du dernier opus, Salomé, restaient agréables à entendre.

Et puis il s'est passé quelque chose de bizarre.

Vous connaissez tous ce que Tuomas Holopainen et ses amis de Nightwish ont osé faire en 2007 - je ne reviendrai pas sur les sombres raisons qui ont entraîné l'éviction en  2005 de Tarja, la Voix du groupe - c'est à dire revoir carrément l'orientation du style musical du groupe en remplaçant une soprano par une chanteuse plutôt orientée pop. De nouveaux fans ont apprécié, d'autres, plus anciens (et j'en fais partie), ont quitté le navire. Et des oreilles ont saigné durant les concerts

du groupe sur les anciens titres, impossibles à chanter correctement par la pauvra Anna (mais c'est normal, autant demander à Lemmy de chanter du Pavarotti).

Et bien chez Xandria, c'est exactement l'inverse qui s'est passé, avec l'arrivée d'une soprano, jusqu'ici chanteuse chez Haggard, la belle et ténébreuse Manuela Kraller. La puissance vocale de la diva permettant d'explorer de nouveaux domaines, le groupe s'est orienté vers du metal symphonique, du vrai, celui justement des Nightwish de la grande époque, Century Child en tête, à une période où ce style paraît justement moribond. Un pari osé ? Du plagiat pur et simple ? Les avis sont bien entendus partagés.

J'ai découvert par hasard il y a peu le clip - fort réussi d'ailleurs - du single Valentine, justement sorti le 14 février dernier, clip que j'ai passé en boucle un nombre incalculable de fois. Il me fallait alors sauter le pas et me procurer l'opus - chose peu aisée chez un disquaire du coin sept mois après sa sortie (merci FNAC, Cultura et consorts pour le rayon rétréci que vous offrez au passage !).

J'ai donc reçu le précieux disque et l'ai mis dans le lecteur. Et force est de constater que le choix du changement d'orientation est une véritable réussite. Xandria est peut-être un groupe "suiveur", mais il a enfin trouvé le groupe à suivre ! C'est du vrai metal symphonique, lourd et sombre à souhait, doté d'une impeccable production. Et dès la première écoute, des titres se dégagent, que l'on a déjà envie de réécouter de suite, ce que j'ai fait : le très heavy morceau introductif, A Prophecy of Worlds to Fall, Valentine, Blood on My Hands, Soulcrusher, The Lost Elysion, Call of the Wind et ses influences celtiques, The Nomad's Crown et son côté "gypsy queen" très séduisant, Cursed, sans oublier le très puissant titre bonus When the Mirror Cracks (pourquoi d'ailleurs en avoir fait un simple bonus ? Ceux qui n'auront pas choisi la bonne édition vont passer à côté d'une perle !... Bon, remarquez, comme cela, c'est vraiment un cadeau fait au fans et pas un truc au rabais). Eh oui, ça en fait des hits en puissance ! Ils devraient logiquement faire un malheur sur scène, ce qui va pouvoir être bientôt vérifié puisque le groupe va tourner avec Kamelot (et son "nouveau" chanteur).

Si vous voulez rester dans la comparaison avec Century Child, pensez plutôt à End of All Hope et Slaying the Dreamer comme références, histoire de vous faire une idée de l'objet. La voix de Manuela est magnifique, puissante sans être écrasante (merci encore à la production qui ne met personne en retrait), et sert le disque de la meilleure des façons, sans l'aide aucune de la moindre voix masculine.

Il y a quelques jolies ballades - dernières représentantes du style ancien du groupe -- qui coupent intelligemment la force tempétueuse de l'ouvrage.

On reste bien entendu en terrain connu, avec couplets, refrains plein de coeurs et incontournables ponts, mais l'ensemble est sincère et sacrément bien fichu. Et quel bond en avant réalisé par le groupe !!! Evidemment, ça ressemble à du Nightwish, l'ancien, il y a aussi selon moi du Blind Guardian dernière époque avec une grande maîtrise de l'ensemble orchestre/guitares rythmiques et batterie avec double pédale déchaînée (écoutez The Nomad's Queen !!!).

J'ai pris énormément de plaisir à écouter cet album, qui m'a réconcilié avec un genre que je croyais perdu. Il tourne en boucle sur ma platine depuis 4 jours, ce qui me donne certes peu de recul en termes de temps, mais énormément en ce qui concerne le nombre d'écoutes !

Je vous souhaite de prendre le même plaisir que celui que j'ai pris à écouter l'album, et je vais suivre ce groupe avec une attention plus que renforcée, pariant sur un prochain opus moins rentre dedans mais plus complexe et fouillé dans les structures, avec de plus longs morceaux.

 

 

Bonne écoute !

 

Stéphane DELURE

Publié dans Power metal mélodique

Commenter cet article

chris 15/10/2012 08:42


article bien tourné et bien écrit, tu as su coucher sur le papier des idées claires qui donnent envie de découvrir ce groupe et surtout la chanteuse ! très pro !