Tapetum Lucidum - Gloomy Grim (2007)

Publié le par Mordhogor

album7203.jpgTapetum Lucidum, locution latine désignant une membrane réfléchissante située dans la rétine de certains vertébrés et permettant de mieux distinguer les images sous une faible luminosité. Cette membrane a également la particularité de renvoyer un étrange et inquiétant reflêt bleuté lorsqu'une lueur la frappe, en faisant l'apanage naturel des créatures de la nuit.

Vous comprenez désormais mieux le titre mystérieux de cet EP (Extended Play pour ceux qui s'interrogent depuis des lustres, ou plus simplement "Maxi" en français !) du groupe finlandais d'horror-metal, Gloomy Grim.

Si vous connaissez déjà ce mini-album, c'est que vous faîtes partie comme moi des heureux possesseurs de cette galette auto-produite et sortie à seulement 333 exemplaires, histoire d'en faire un véritable objet de culte, véritable Necronomicon du disque que vont s'arracher les fans à prix d'or dans les années à venir. Sinon, ben il va vous falloir beaucoup de patience et de rigueur dans le suivi de vos enchères sur le net !

Alors, Tapetum Lucidum, véritable objet de culte ou amusante curiosité sortie du garage d'Agathon ?

Le verdict s'impose très vite et en seulement 20 mn : culte !

Culte parce que rare bien sûr, mais culte surtout car le disque s'avère de bout en bout être une grande réussite, dont le seul tort (certains diront que c'est justement sa qualité) est bien d'être aussi court.

Le mini-album n'est pas une évolution, ni même une heureuse régression, il est simplement la parfaite synthèse des quatre premiers albums du groupe. Nous y retrouvons la jouissive agressivité des deux derniers opus (Written in Blood et The Grand Hammering donc, albums sur lesquels la batterie avait enfin remplacé la boîte à rythme, trop froide et dépourvue d'âme selon moi ; cela a apporté un sacré plus au groupe sur scène, croyez-moi, puisque que je les ai vus à l'oeuvre avant et après cette évolution ! Y'a pas photo !) et la froideur glaçante et horrifique des premières oeuvres du combo (Blood, Monsters, Darkness et Life ?). La batterie frappe fort et grimpe sur de furieux blast beats, la guitare est discrête mais réserve de très efficaces riffs (attendez la troisème minute de Cellar Dweller !), mais ce sont les claviers qui se taillent la part du lion ; sieur Agathon a visiblement été particulièrement inspiré par son emménagement dans une maison hantée (c'est lui qui le dit sur son site, pas moi !) et il a créé de très habiles orchestrations se mariant parfaitement avec ses vocaux proprement hallucinants (c'est vraiment un écorché vif, lui !). Il y a du piano, de l'orgue, des cordes furieuses et même des trompettes hantées (celles du jugement dernier sans aucun doute), sans oublier l'angoissant appel de cette cloche solitaire et perdue dans la brume, au début de l'impressionnant Cellar Dweller. Rajoutez-y des choeurs fantomatiques et vous obtiendrez une petite idée de l'enfant dont Gloomy Grim a accouché au fil de ces ténébreux mois de l'an 2007 (référence aux quatre mois introduisant les titres de l'album).

La production n'est bien sûr pas du niveau du précédent album, mais elle donne un petit côté roots à la chose, même si elle se situe nettement au-dessus du black-metal underground enregistré et mixé dans une crypte.

Du grand art pour qui aime la saveur corsée de la musique extrème quand elle se penche sur l'univers des films d'horreur. Mais prenez garde ! Nous sommes ici très éloignés de la ténébreuse et séduisante rythmique de The Vision Bleak, autre groupe d'horror-metal récemment chroniqué en ces pages, et il vous faudra réviser vos classiques du gore des années 70/80 plutôt que ceux de la période Universal des années 30/40. Sûr que vous penserez plus à Lucio Fulci qu'à Tod Browning en écoutant les hurlements d'Agathon.

Un an plus tard, est enfin arrivé Under The Spell of the Unlight, l'album que les fans attendaient... et que je n'ai toujours pas écouté, mea maxima culpa !

Je viens cependant d'écouter pour la troisième fois de suite cette rareté qu'est Tapetum Lucidum, et je me sens pris d'une horrible jouissance ! C'est effrayant, c'est gore, mais diable que c'est bon ! Et quand on connaît la grande amitié qui lie le groupe à ses fans, quand on voit sur scène les géants que sont Agathon et Lord se jeter sur la foule ou partager avec eux une bonne pinte de bière, on apprécie d'autant plus.

 

Allez-y, en sachant toutefois à quoi vous vous exposez....

 

 

Stéphane DELURE

 

 

 

 

Publié dans Horror-metal

Commenter cet article

grissom 20/05/2010 08:24



Je connais peu la discographie de Gloomy Grim mais on m'avait traîné à un concert et aimant le métal je m'étais laissé convaincre. Je dois avouer que ces mecs assurent grave, sur scène c'est tout
simplement une tuerie. En plus ils font preuve d'une réjouissante simplicité, après le concert il partageait un gobelet de bière au milieu des fans.